Voisin Malin – Accès aux droits , accompagnement dépistage cancer du sein

le 20 novembre 2015

Porteur de l’action : : Association Voisin Malin

Site internet : http://www.voisin-malin.fr/

Poster 8eme Rencontre ITR : Voisin Malin

  • Durée du projet
    • Toujours en cours

1 - Ce qui a déclenché la mise en œuvre de ce projet

Dans le prolongement de l’enquête de santé réalisée en 2012, et suite à la fermeture de l’Hôpital Louise Michel, l’Atelier Santé Ville de Courcouronnes a fait appel à VoisinMalin pour mener deux types d’action en porte-à-porte auprès de 150 habitants du quartier du Canal : sur la prévention santé et l’accès aux droits.

2 - Le projet en quelques lignes

Les objectifs sont de :

-          Favoriser la connaissance des dispositifs de prévention santé, des démarches d’accès aux soins et de santé avec des supports concrets lors d’une rencontre

-          Faire connaître les dispositifs de prévention gratuits existants et inciter à y participer : le programme « M’Tes dents », la consultation infirmière de prévention du CDPS, le bilan de santé gratuit de l’Assurance Maladie

-          Diffuser le guide pratique 2013 « Mon parcours d’assuré » édité par le CPAM de l’Essonne afin de faire connaître et faciliter les démarches de prévention, d’accès aux droits et aux soins

-          Diffuser et expliquer la cartographie de l’offre de soins de la ville de Courcouronnes, faire connaître les « Parcours du cœur » du 05/04/2014 (programme, intérêt pour mieux connaître les services de santé, s'informer et tester sa santé en famille)

-          Convenir d’un rendez-vous selon le planning défini avec les personnes intéressées par la consultation infirmière de prévention soit à la permanence du centre social soit au CDPS

-          Présenter les différents dispositifs selon la situation des ménages : CMU, AME, complémentaire santé, CMUC, chèques mutuelle

-          Faire connaître les permanence d'aide du CCAS sur l'accès aux droits et les aides de la CPAM et aider à la prise des rendez- vous si nécessaire.

 

A Grigny, une mission a été conçue avec l’ADMC 91, l’Atelier Santé Ville de Grigny et Viry-Châtillon (GIP), le Centre communal d’action sociale (CCAS) de Grigny et l’association Vie Enfance Espoir dans le but d’accroître le nombre de Grignoises qui participent au Dépistage Organisé de Cancer du sein, en les y sensibilisant chez elles et en facilitant leur entrée en contact avec des professionnels. Les objectifs sont de :

-          Informer massivement les habitants quant au dépistage organisé du cancer du sein, c’est-à-dire :

ü  Diffuser un message clair et incitatif auprès du plus grand nombre

ü  Inviter le plus grand nombre aux animations d’Octobre Rose (à la Maison de quartier notamment)

 

-          Accroître et faciliter la participation au DOC du sein, c’est-à-dire :

ü  Contribuer à l’augmentation du nombre de participations au DOC du sein, à Grigny (et dans le reste du Département, par effet de diffusion)

ü  Permettre aux femmes les moins autonomes de bénéficier elles aussi du DOC du sein

 

Principales activités développées : Porte-à-porte pédagogique, prestations de traduction, d’accompagnement lors de démarches administratives ou d’utilisation de services ou d’équipements, réalisation d’enquêtes auprès des habitants des quartiers populaires pour faciliter le lien entre les acteurs du territoire et leurs clients ou usagers et pour susciter chez ces habitants une dynamique collective créatrice de valeur pour leur ville.

 

 

Le déroulement d’une mission :

- L'organisation. Le manager de projet prépare avec les Voisins ou leur fournit les supports et matériels nécessaires : plannings individuels, documents de suivi individuel (horaires de travail, retours d'intervention), documents de suivi de la mission (listings des logements, supports d'illustration), documents et matériels facilitateurs de l'intervention (codes d'entrée ou badges fournis par le bailleur...) ; pour annoncer le passage des Voisins, le manager met des avis de passage dans les halls, en accord avec le gardien.

- Les entretiens entre Voisins et habitants. Envoi des Voisins dans les lieux d'interface avec les habitants, en réponse à la commande des partenaires : dans les logements, au bureau de Poste… Les entretiens durent de 15 à 45 minutes selon le type de mission (information simple, sensibilisation...) pour un total d’environ 100 heures/mois à répartir entre les différents partenaires.

Notre démarche d’implantation est à la fois très locale et nationale :

Participant à différents réseaux nationaux d’entreprises (Social Business, RSE, essentiellement dans les groupes opérateurs de service public – transports, propreté, eau, énergie, communication…), de bailleurs sociaux, de collectivités ou d’associations (ESS, politique de la ville), nous sommes sollicités par l’un de ces acteurs pour accompagner son projet dans un quartier populaire. A partir d’une telle sollicitation, nous vérifions la taille suffisante du quartier, ses caractéristiques sociales (jeunesse, pauvreté, diversité culturelle) et les dynamiques à l’œuvre (projet de rénovation urbaine, de développement économique, associatif, éducatif…) en identifiant les principaux acteurs présents et les dispositifs existants.

 

Nous rencontrons ensuite le maire pour vérifier son adhésion à notre approche, car il aura un rôle de pivot pour mobiliser les acteurs présents sur sa ville et partenaires de ses projets de développement; puis nous prenons la température du quartier, des profils des habitants, des manques et des ressources, auprès de quelques acteurs de terrain, professionnels et associatifs; enfin nous esquissons un premier partenariat avec un bailleur social ainsi qu’avec une entreprise de service public, pour accompagner chacun dans son projet local.

 

Cette première approche nous permet de confirmer l’opportunité de nous implanter dans ce quartier. Dès lors, le manager de projet dédié prend environ 3 mois pour construire la faisabilité du projet sur ce quartier et en préparer le lancement:

-       préparation des premières conventions de prestations avec les entreprises de service et collectivités (missions à réaliser pour les Voisins, budgets), à partir de leurs projets locaux

-       immersion dans le quartier auprès des figures locales : associations, équipements de proximité (centre social, bibliothèque, écoles…), acteurs de l’habitat (gardiens d’immeuble, amicales de locataires, conseils syndicaux des copropriétés, régie de quartier…), de la concertation (conseils de quartier ou de voisinage), économiques (commerces de proximité, entreprises d’insertion…),

-       et repérage parmi eux des personnalités sensibles au projet et ayant une aura locale, les « acteurs pivots », qui pourront nous recommander des profils d’habitants-ressources de confiance et relayer des messages positifs sur le projet, en cohérence avec les dynamiques de quartier.

 

Une fois les premières conventions de prestations signées et les financements d’amorçage obtenus auprès de l’Etat (politique de la ville), du conseil Général/Régional, ainsi que d’éventuelles fondations, le manager de projet lance le recrutement des Voisins, choisis parmi les candidats recommandés par les acteurs pivots du quartier : 10 Voisins en général, aux profils volontairement très variés en terme d’origines culturelles, d’âges, de situations professionnelles ou personnelles, pour répondre à la diversité des habitants et toucher le plus grand nombre et la plus grande variété de réseaux. N’étant pas dans une logique de recherche d’emploi, ils sont mobilisés pour l’évolution de leur quartier, ont un sens de l’intérêt général et une motivation d’utilité sociale déjà démontrée. En outre, leurs compétences en communication sont manifestes (pratique d’une langue spécifique, aptitudes personnelles à l’expression orale et capacité d’écoute…).

 

Les Voisins sont recrutés en CDI de 12H par mois, consacrées essentiellement au porte-à-porte organisé avec leur manager, et à 2H de séminaire d’équipe pour constituer un savoir-faire collectif et un savoir-être de leaders, ainsi qu’1/2H d’entretien avec le manager.

Le manager de projet, installé sur le quartier, pilote au quotidien les missions des Voisins, qu’il accompagne et forme. Il reporte à chaque commanditaire le déroulement de la mission qu’il a conventionnée (points d’étape, ajustements, bilans). Il participe à la vie locale et aux projets concernant les divers domaines de la vie quotidienne (habitat et cadre de vie, emploi, éducation, santé…) afin d’inscrire l’action dans ce contexte, pour en compléter les initiatives sur des besoins non couverts et en valoriser les ressources auprès des habitants.

Deux instances locales, animées par le manager, permettent de suivre l’action de manière transversale entre les acteurs, de l’évaluer, de l’enrichir et de l’ajuster le cas échéant : le comité opérationnel, qui réunit les acteurs locaux amis du projet – « acteurs pivots » - avec les Voisins, et le comité de pilotage, qui réunit tant les autorités locales (maire et préfet) que les entreprises partenaires, les acteurs sociaux et surtout des habitants, en suscitant un débat équilibré entre toutes ces parties prenantes.

En appui de cette action de proximité et auprès du CA, la « tête de réseau », aujourd’hui composée d’une directrice et d’une chargée de développement, assure les missions de management et d’animation du réseau, de mise en place des partenariats financiers et de prestations, de veille sur les besoins et d’innovation, d’évaluation et de support administratif.

3 - Les acteurs du projet

Habitants, usagers, citoyens (50%)
Professionnels (20%)
Élus (10%)
Institutionnels (20%)

4 - Les points forts, les dynamiques positives et les résultats attendus du projet

VoisinMalin souhaite recréer le lien social dans les quartiers de la politique de la ville, et restaurer le sentiment d’appartenance au quartier et l’envie de participer à son amélioration. Ainsi, à travers le porte-à-porte, les Voisins, habitants du quartier, recréent un lien avec leurs voisins et les mettent en relation avec les initiatives existant dans le quartier (associations, initiatives d’habitants…) ou/et avec les volontés entendues chez d’autres habitants, en fonction de leurs intérêts énoncés et de leurs besoins. Cet objectif de VoisinMalin est développé dans l’Effet quartier, qui vise à créer un deuxième cercle d’habitants moteurs à partir du cercle de Voisins Malins. Deux outils sont actuellement développés : un guide des ressources du territoire qui aide les Voisins à orienter au mieux les habitants rencontrés, et une application visant à garder le lien avec les habitants rencontrés et à les relier avec leurs voisins.

 

Par ailleurs, les Voisins, choisis pour leurs qualités relationnelles, de leadership et de pédagogie, et avant tout motivés par le fait de développer leur utilité sociale et la compréhension active de leur environnement, sont représentatifs de leur quartier. Dans le profil des Voisins, la proximité d'expérience avec les habitants (parcours et lieu de vie) est l'atout majeur. La diversité des profils des Voisins permet de toucher plus facilement l'ensemble des situations rencontrées dans le quartier, et de mobiliser de nombreux réseaux sociaux. Mères au foyer, étudiants, actifs, retraités..., ils ont des niveaux d’études très différents, sont de toutes origines et parlent donc de nombreuses langues d’origine, ce qui facilitent le contact avec certains habitants ne parlant pas, ou mal, le français. Cette diversité se retrouve dans les comités de pilotage des actions de VoisinMalin, ce qui permet de modeler les actions au plus proche des réalités de vie des habitants.

 

L’action de VoisinMalin se concentre sur les habitants des quartiers populaires objets des dispositifs de la politique de la ville et de l'habitat (ZUS, CUCS, PRE, rénovation urbaine, plan de sauvegarde), et en particulier ceux qui n'ont pas ou mal accès aux services : étrangers, personnes illettrées, ménages précaires, familles monoparentales... Le  public concerné par le besoin d’intermédiation proposé est très varié : il regroupe notamment les familles dont les enfants relèvent de la réussite éducative (d’abord visé par la mission santé de Courcouronnes), les copropriétaires en périmètre de Plan de sauvegarde rencontrant des difficultés de paiement de charges, les habitants ayant perdu le contact avec les services sociaux, ou encore ceux qui ne profitent pas des dispositifs de droit à la santé, identifiés au centre de santé pluridisciplinaire, les habitants maîtrisant mal le français, etc.

 

VoisinMalin souhaite, par l’intermédiaire de l’action des Voisins, impulser une redynamisation de la société des quartiers pour lui redonner les moyens d’améliorer sa situation. Une meilleure implication des habitants dans la vie de leur quartier permettrait d’optimiser et de pérenniser l’impact de la rénovation urbaine par exemple, tandis que le renforcement du lien social non seulement conforterait les ressources locales, mais favoriserait également la concrétisation et le rayonnement des projets à l'initiative des habitants.

 

Chargés de missions spécifiques dans le cadre des contrats de VoisinMalin avec ses commanditaires, recrutés dans la population ciblée, les Voisins constituent un relais majeur avec les autres habitants pour favoriser l'expression de leurs besoins. Les habitants ont donc l’opportunité de s’exprimer durant leurs contacts avec les Voisins (porte-à-porte, accompagnement...). Leurs commentaires et suggestions sont repris par les Voisins dans leurs rapports d’intervention. Les habitants ont aussi l’occasion de s’exprimer avec l’aide des Voisins au cours des réunions organisées par les commanditaires avec VoisinMalin (Exemple : réunion d’échange des locataires avec les bailleurs sociaux sur un thème donné...).

 

Le contact régulier des Voisins avec les habitants du quartier, notamment ceux qui sont marginalisés par un handicap (culturel, linguistique, éducatif...), permet une proximité permanente avec le terrain. L'enjeu principal de l'intervention des Voisins est de créer un climat de confiance avec les habitants, de manière à pouvoir aborder les sujets de manière sincère et approfondie, et à remettre les habitants dans une dynamique d'action.

 

Pour ce faire, le recrutement, la formation et le management des Voisins sont des clés centrales. La rigueur du processus de recrutement, selon des critères clairs et de compétence, est une condition importante de mise à distance des logiques de clientélisme qui ruinent la confiance. La formation et le management de proximité des Voisins, permettront ensuite de conforter et d’enrichir la compétence de départ, de préserver une éthique d'intervention et de créer les conditions optimales d'une confiance avec les habitants. Les actions dans ce sens sont mises en œuvre :

1 - par VoisinMalin via une formation collective spécifique (prise de confiance, respect de la charte éthique, capacité d'écoute et de formulation, capacité d'initiative...)

2 - par les organisations «clientes» via une formation spécifique pour la réalisation des prestations

3 - à travers des séminaires d’équipe de 2 heures tous les 2 mois, au cours desquels chacun est appelé à contribuer par sa réflexion ou son expérience personnelle.

 

Enfin, les retours des Voisins sur les difficultés rencontrées par les habitants, et leurs propositions d'ajustement des services ou des modes de communication des commanditaires, favoriseront une évolution positive des pratiques professionnelles d'accueil et de dialogue avec les habitants. Par exemple, sur le vocabulaire et les modes d'animation d'une réunion publique sur un projet de réhabilitation, ou sur la formulation d'une invitation du collège aux parents, etc... Les habitants, mieux pris en considération et respectés, seront ainsi plus enclins à se mobiliser et à exprimer leurs besoins ou suggestions. Ce retour d’information est assuré par les réunions d’avancement avec le manager, les entretiens individuels mensuels, et les rapports d’intervention des Voisins.

Les Voisins interviennent sur de nombreux sujets et continuent d’être sources d’informations dans leur vie quotidienne. Nous travaillons notamment sur le tri sélectif et l’adoption de comportements responsables dans la gestion des consommations d’eau. De manière générale, VoisinMalin intervient sur des sujets qui présentent un intérêt fort pour l’amélioration des conditions de vie des habitants des quartiers. La prise en compte du développement durable est donc un thème fort de l’action de VoisinMalin. En plus de continuer nos actions sur la maîtrise des consommations d’eau et dur le tri sélectif, nous sommes en discussion avec des opérateurs d’énergie afin d’agir également sur la maîtrise de ces consommations. En outre, les Voisins interviennent dans leur quartier, soit à maximum 15 minutes à pied de leur domicile. Les déplacements se font donc à pied.

 

5 - Freins, leviers et surprises…

Quels sont les éléments qui ont favorisé la mise en place de votre projet ?
• Nos points forts sont l’équipe et la culture de management déjà en place, les premiers partenariats réussis, la connaissance des territoires de la politique de la ville et des acteurs et la capacité à les fédérer localement.
• Pour recréer une dynamique dans les quartiers populaires, nous faisons émerger un réseau d’habitants-leaders positifs, les Voisins, en les salariant et en les formant pour établir un dialogue avec les autres habitants, pour le compte des entreprises et des institutions visant l’intérêt général. Les Voisins vont au contact de l’ensemble des habitants de leur quartier, essentiellement en porte-à-porte, dans le cadre de missions précises conventionnées. Ils les écoutent et leur donnent les clés des changements à l’œuvre dans leur vie quotidienne afin qu’ils puissent en profiter : comprendre leurs besoins, les informer sur les projets et les services, les conseiller et les orienter en tant que citoyens et que consommateurs. In fine, rencontrant l’ensemble des habitants du quartier, ils génèrent des initiatives informelles de lien et d’entraide en créant un réseau de Voisins amis auxquels ils transmettent leur motivation et leur audace.
Quelles ont été les principales difficultés auxquelles vous avez dû faire face pour votre projet ?
Nos difficultés concernent la résistance des pouvoir locaux qui comptent sur le bénévolat pour mobiliser les habitants sur ces questions, et la gestion de l’inter missions qui peut prendre du temps avec des partenaires dont le processus décisionnel est complexe.

6 - La démarche communautaire

La participation des habitants :

Le principe essentiel de fonctionnement est celui de la co-construction avec les Voisins et l’ensemble des parties prenantes, éléments clés de la démarche participative.

Chargés de missions spécifiques dans le cadre des contrats de VoisinMalin avec ses commanditaires, recrutés dans la population ciblée, les Voisins constituent un relais majeur avec les autres habitants pour favoriser l'expression de leurs besoins. Chaque Voisin bénéficie d’un entretien mensuel avec son manager, et remplit des rapports d’activité incluant ses propres commentaires et recommandations, ainsi que ceux des habitants rencontrés dans l’exécution de la mission. Par ailleurs, les Voisins participent à des réunions avec les partenaires au cours desquelles ils témoignent à la fois de leur expérience, mais font également remonter les préoccupations évoquées par les habitants lors de la mission.

Les habitants ont quant à eux l’opportunité de s’exprimer durant leurs contacts avec les Voisins (porte-à-porte, accompagnement...). Leurs commentaires et suggestions sont repris par les Voisins dans leurs rapports d’intervention. Les habitants ont aussi l’occasion de s’exprimer avec l’aide des Voisins au cours des réunions organisées par les commanditaires avec VoisinMalin (Exemple : réunion d’échange des locataires avec les bailleurs sociaux sur un thème donné...).

De fait, la vocation de VoisinMalin est de rétablir le lien entre les acteurs locaux et les habitants.

Fin 2013: 10 000 habitants modestes ont repris confiance dans leur capacité d’agir (dans les gestes de la vie quotidienne, les démarches administratives, leur rôle de parent d’élève ou de locataire…) ; 35 habitants-Voisins, en CDI, ont consolidé leur leadership positif ; 8 portes sur 10 s’ouvrent dans les 5 quartiers où agissent les Voisins ; 15 partenariats de mission ont été signés avec des entreprises de service public ou d’habitat social, lesquelles renouvellent leur partenariat.

Le principe essentiel de fonctionnement est celui de la co-construction avec les Voisins et l’ensemble des parties prenantes, éléments clés de la démarche participative.

Un comité opérationnel est mis en œuvre avec les acteurs pivots du quartier (enseignants, employés des équipements communaux, membres d’associations locales, travailleurs sociaux, gardiens d’immeuble, etc.), afin de favoriser leur implication durable dans la mise en œuvre du projet et les échanges constructifs avec les Voisins. Cette instance est essentielle à la dynamique du réseau local, à l’ajustement de l’action au plus près des réalités du terrain, et à la pérennisation de la dynamique locale.

Un comité de pilotage local est également mis en œuvre : il vise à constituer une dynamique territoriale pérenne autour du projet. Il réunit les institutions locales impliquées dans le projet - collectivités et Etat, clients, financeurs, chacun représenté à un niveau décisionnaire - en même temps que des habitants, des Voisins ainsi que des témoins de l’action, pour le suivi de l'action et son évaluation. Il permet d'ajuster les engagements de chacun dans une cohérence d'ensemble, autour de l'évolution des services et de l'accompagnement des dynamiques de réseau générées par l'action de VoisinMalin. Il se réunit au moins une fois par an.

 

Au cours des missions :

Les Voisins sont sollicités sur :

- la mise au point des outils d’intervention (trame d’entretien de porte-à-porte par exemple)

- les modalités de partenariat avec les commanditaires (exemple : interaction des Voisins avec les équipes de terrain)

- la compréhension des besoins des habitants, plus particulièrement les exclus ou ceux ayant peu ou pas de contact avec les institutions

- l’évaluation de l’impact de l’action de VoisinMalin (à travers notamment le value game, ludique et interactif)

La contribution des Voisins est ainsi sollicitée sur l’ensemble du projet, et cela dès leur formation initiale d’accréditation (1 journée).

Les habitants sont quant à eux sollicités sur leurs besoins (directement par les Voisins), et sur l’évaluation de l’action de VoisinMalin, à travers un second passage après la diffusion de l’information.

 

La grande diversité des profils des différents partenaires nécessite de mettre en place des animations de groupes spécifiques et adaptées à tous les publics présents. En effet, l'enjeu est bien de rétablir des liens entre des réseaux parfois cloisonnés, en valorisant l'expérience et la motivation de chacun, au-delà des niveaux de formation ou des parcours. VoisinMalin, conscient de cet enjeu pour la coproduction et la capitalisation de ses modes d’action, a constitué un groupe de réflexion chargé de penser la teneur des séminaires d’échanges afin que chaque partenaire puisse exprimer pleinement ses réflexions et participer au renforcement des modes d’actions de VoisinMalin. Ces séminaires sont au carrefour des méthodes de formation issues du monde de l’entreprise pour l’animation de processus collaboratifs (méthode « world café », interactivité importante entre les participants) et du domaine de la médiation sociale pour renforcer les «modes de faire» de VoisinMalin.

 

Les institutions en appellent toujours au bénévolat des habitants, donc à la gratuité, sans comprendre que la professionnalisation des réponses est nécessaire pour avancer, tant pour démultiplier l’échelle de leur impact que pour parvenir à mobiliser avec qualité et durabilité les forces vives des habitants, représentatives de toutes les situations de vie que l’on trouve dans le quartier – et non seulement ceux qui ont du temps, souvent des retraités. Il est donc important de mesurer le coût de cette impasse pour les entreprises et les collectivités. Etant dès lors en capacité d’évaluer l’apport économique d’une solution concrète recréant ce lien avec les habitants (moins de contentieux, d’impayés, de dégradations, amélioration du bien-être de leurs salariés sur le terrain, augmentation des utilisateurs de leurs services, meilleure image tant vis à vis des utilisateurs que de leurs donneurs d’ordre, souvent les collectivités locales), elles seront motivées à investir dans une solution nouvelle.

 

Dans la professionnalisation, entre en ligne de compte la rémunération du service, mais également le management, qui est la clé de la réussite d’une action d’ampleur visant à transformer les rapports entre personnes et à stimuler une dynamique de confiance, d’échanges et d’initiatives. Le socle d’une telle action est constitué par l’authenticité de l’engagement des personnes actives, leur simplicité dans la relation et leur capacité d’écoute, leur intelligence des situations et leur aptitude à donner un sens concret aux questions abordées. Leur adhésion à une éthique d’intervention est également essentielle: respecter la confidentialité des échanges avec les habitants, ne pas imposer ses propres vues et rester neutre par rapport à des situations de conflit, agir en responsabilité devant les situations de détresse. Seul un management disponible et éclairé permet de consolider cette manière d’être et de reconstruire la crédibilité des services vis à vis des habitants. Or ce type de management, nécessaire pour restaurer les rapports de confiance permettant l’adoption de nouvelles pratiques par les habitants, est trop rarement mis en place dans ces quartiers et peu accompagné par les structures.

 

Les missions d’accompagnement des habitants reposent souvent sur des corps professionnels soit de travailleurs sociaux, d’animateurs, ou parfois même de médiateurs, qui sont jaloux de leur expertise et ont tendance à instaurer une distance avec les habitants, à travers un langage jargonnant, l’attente que les gens viennent les voir, ainsi que des conseils moralisateurs ne tenant pas compte de la rationalité et des motivations des habitants. Cet état de fait renforce la distance des habitants aux institutions et conduit au non-recours aux droits de nombreux habitants, par complexe voire par sentiment de culpabilité, quand ce n’est pas un fatalisme qui fige toute initiative.

 

En définitive, les habitants ne comprennent pas concrètement le sens de ces projets ou nouvelles pratiques qui leur sont proposés, tant qu’ils ne sont pas directement connectés à leurs préoccupations et à leurs pratiques propres. Ils sont submergés par une surabondance de messages parfois contradictoires. La plupart d’entre eux n’utilisent pas internet, et lisent très peu les tracts ou autres supports écrits, la presse, et sont alimentés essentiellement par la télévision. Ils recherchent le conseil personnalisé de gens de confiance, qui vivent dans la même situation qu’eux et ont pu se faire une idée sur tous ces choix de société, de consommation ou de pratiques responsables, et qui les rejoignent dans leur intimité pour instaurer un dialogue de pair à pair plutôt que d’attendre que les habitants viennent à elles.

 

 

Les premières mesures de l’activité de VoisinMalin montrent la réalité d'un impact transposable à plus large échelle :

En effet, en 2 ans et demi d’activité, nous avons recruté 33 habitants-ressources en CDI, les Voisins Malins : des étudiants, mères au foyer, retraités, femmes de ménage, comptables, petits commerçants, éducateurs… parlant 15 langues au total. Ceux-ci ont pu établir un contact de qualité avec 5000 familles - soit près de 15000 habitants –, chacun d’entre eux sur celui des 5 quartiers où il réside, dans un rayon de 1/4H à pied.

 

Selon les premières enquêtes de satisfaction réalisées auprès de familles qui ont été rencontrées ou accompagnées par des Voisins :

-       9 sur 10 se disent satisfaites ou très satisfaites de ce contact personnalisé à domicile

-       50% des clients fragiles vus à La Poste ont gagné une autonomie totale dans l’utilisation des automates ou des formulaires (« la prochaine fois, je le ferai tout seul »), certains allant même jusqu’à utiliser des automates dans d’autres circonstances (gare SNCF).

 

Autres illustrations ponctuelles sur les différents quartiers concernés:

-       la participation à la réunion d’un projet de réhabilitation est passée de 5% à 30%

-       15 familles « perdues de vue » ont repris contact avec leur collège (bulletins, stages)

-       120 familles ont fait état de leurs préférences pour la réforme des rythmes scolaires

-       160 familles ont décrit leurs besoins en matière de santé et leurs pratiques de soins

-       ¾ des locataires vus sur une résidence a été orienté pour ouvrir un droit RSA ou CMU

-       1/3 des habitants d’une grande copropriété a compris que l’eau du robinet était potable

-       500 familles ont été sensibilisées chez elles au sens et aux pratiques du tri sélectif.

Au total, les Voisins arrivent à voir 80% des habitants d’un quartier, en entretien personnalisé, du fait de la confiance qui leur est donnée, et rencontrent notamment des personnes en situation de grand isolement.

 

L’implication dans la vie locale :

VoisinMalin souhaite s’inscrire pleinement dans l’environnement social des quartiers où il s’implante et agir en complémentarité des dispositifs locaux. Pour cela, le manager de projet commence par rencontrer des "forces vives" (acteurs de terrain éducatifs, sociaux, économiques, associatifs...) pour comprendre leur analyse du quartier : des partenariats sont établis avec le centre social, les associations intervenant en lien avec la Réussite Educative, la GUP, les régies de quartier, les amicales de locataires, les gardiens d'immeubles, les conseils syndicaux… Ces rencontres avec les acteurs de terrain et les habitants débouchent sur une analyse des besoins d'accès aux services et des ressources existantes et permet d’éviter le risque de duplication d'actions et de concurrence, en ciblant au mieux les besoins non couverts.

L'intervention locale de VoisinMalin se construit en parallèle en lien avec les acteurs locaux, potentiels commanditaires, pour accompagner leurs projets : les bailleurs sociaux (tri sélectif, réhabilitation et résidentialisation…), les entreprises de service urbain (courrier, transports, eau, énergie, propreté…) et les collectivités locales (éducation, santé, accès aux droits…).

Pour finir, les remontées des observations faites par les Voisins à la suite des échanges avec les habitants ont conduit à générer certains ajustements chez nos partenaires. Par exemple, un bailleur social a exigé de l’entreprise de travaux d’intervenir de manière exceptionnelle pour réparer un certain nombre de malfaçons suite à la réhabilitation de près de 800 appartements.

L’impact que nous visons est que les habitants des quartiers populaires, et en particulier ceux qui connaissent une situation d’isolement ou des difficultés dans leur accès aux services et à l’information ou leur appropriation des changements à l’œuvre, gagnent une plus grande autonomie dans leur vie quotidienne (prise de RV avec les services, sollicitation de leurs droits sociaux, gestion des consommations donc maîtrise des charges, apprentissage du français, utilisation d’internet…). Par ailleurs, ils auront plus de connexions dans le quartier et seront moins isolés, en particulier les personnes âgées ou les mères seules avec enfants : participation à la vie associative, de loisirs ou culturelle dans le quartier, connaissance d’habitants mis en relation par VoisinMalin, participation à des rencontres conviviales de voisinage

Si vous souhaitez interagir avec le porteur de l’action, faire part de vos questions, remarques, et/ou suggestions, vous pouvez poster votre message ici.